Pomme et Volcan

A la recherche de ce qui reste
Un film de Nathalie Oestreicher
81 minutes, Allemand/Suisse-allemand/Français, Suisse, 2017

La cinéaste Nathalie et son amie Fabienne entament un voyage au pays des souvenirs et de l’oubli. Fabienne pour se préparer à sa mort et Nathalie pour affronter sa vie.

Fabienne est gravement malade et il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Elle affronte sans tabou son destin. Elle se fait beaucoup de souci pour ses deux fillettes. Elle aimerait que son amie Nathalie lui explique comment, enfant, elle a géré les décès de son père et de son frère. Fabienne aimerait comprendre ce que ses enfants vont vivre très prochainement.

Les souvenirs de Nathalie envers son père sont ambigus. Il est mort d’un infarctus lorsqu’elle avait dix ans. Son frère était son héros. Un jour il a disparu dans la forêt et n’est jamais revenu. Le point de vue de Nathalie sur son enfance s’est figé en une histoire. Et cette histoire ne suffit plus pour répondre aux questions de Fabienne.

Les deux amies entament un voyage au pays des souvenirs et de l’oubli. Fabienne pour se préparer à sa mort et Nathalie pour affronter sa vie. C’est ainsi que naît une nouvelle histoire dans laquelle Fabienne laissera des traces pour toujours.

 

Images

 1 / 6 
 
 

Credits

Avec:

Fabienne Roth Duss (1975–2014)

Catherine Oestreicher Armand
Sophie Tummarello
Doris Rüttimann
Hannes Allmendinger
Philipp Oestreicher 1963–1992
Alfred Oestreicher 1939–1984
Beni, Paul, Louis Mosele
Elia, Julie, Nicolas Tummarello
Dorothy Northe
Andrea Ercolani
Jürg Lischer

Voix off française: Dagna Litzenberger Vinet
Voix off allemande: Susanne-Marie Wrage

Scénario et réalisation: Nathalie Oestreicher
Production: freihändler Filmproduktion GmbH
Image: Séverine Barde, Milivoj Ivkovic
Prises de Son: Olivier JeanRichard
Montage: Loredana Cristelli
Musique: Beni Mosele
Bruitages: Peter Bräker
Design sonore: Peter Bräker, Beni Mosele
Montage son & mixage: Hartmut Homolka
Mastering: Jacques Kieffer, Magnetix
Etalonnage: Hannes Rüttimann
Assistante de montage: Rebecca Siegfried
Création des titres: Brigae Haelg
Illustration Poster: Rahel Nicole Eisenring

Production:

freihändler Filmproduktion GmbH
en coproduction avect
Schweizer Radio und Fernsehen
Radio Télévision Suisse
SRG SSR

Avec le soutien de:

Fachausschuss Film und Medienkunst Basel-Stadt und Basellandschaft
Aargauer Kuratorium
Office fédérale de la culture (DFI), Suisse
Fonds culturel Suissimage
Kanton Luzern
Ernst Göhner Stiftung
Succès Passage Antenne SRG SSR
Kanton Solothurn

 

Nathalie Oestreicher, réalisatrice

Biographie 

Nathalie Oestreicher CH/F est née en 1974 à Baden. Après sa scolarité différentes expériences et années de pérégrination: dans des jardins d’enfants, dans l’agriculture en Suisse, dans le sud de l’Afrique et au Brésil. Elle a réalisé de nombreux projets dans le domaine du film et de la photographie.

De 2000 à 2002 Nathalie Oestreicher a fait le cours préparatoire de la HGKZ (Haute Ecole d’Art de Zürich) et fait ses études à la HSLU (Haute Ecole de Lucerne), filière vidéo. 

Après différents emplois dans le domaine de la postproduction et de la distribution d’arts vidéo, elle occupe depuis 2007 différentes fonctions à la Haute Ecole de Lucerne, filière vidéo.

Depuis 2008 Nathalie Oestreicher travaille comme cinéaste indépendante.

Filmographie

2017
Pomme et Volcan – à la recherche de ce qui reste, documentaire, 81 min
Visions du réel 2017

2014
Mama Africa, court métrage, documentaire, 1 min
One Minute Film & Video Festival Aarau 2015

2009
When the Lord calls (Wenn der Herrgott ruft), TV documentaire, 49 min

2008
Coeur Sensible, court métrage, documentaire, 30 sec
1. prix agent-provocateur.ch, Vienna Independent Shorts

2005
Homerun (Heimspiel), court métrage, documentaire, 20 min
Solothurner Filmtage 2006, Images 06 Vevey, 11ème Biennale de l’Image en Mouvement 2005

2001
Weiter als Istanbul, court métrage expérimental
1. prix concours, Johann Jacobs Museum, Zürich

Le mot de la réalisatrice

La maternité, et tout ce à quoi elle nous confronte, a constitué le point de départ de mon film. Lorsque j’ai eu mes enfants, j’étais mal à l’aise avec l’image idéalisée de la mère et de la femme. J’en ai beaucoup parlé avec d’autres amies, mères elles aussi, et donc avec Fabienne. Pour elle, c’était naturel d’être une maman et elle ne se posait pas milles questions comme moi. Cela me fascinait.

A l’époque Fabienne avait déjà un cancer du sein. Mais nous ne nous doutions pas qu’elle allait en mourir. Pour moi, il est devenu évident qu’elle devienne l’une des principales protagonistes de mon film. Lorsqu’il s’est avéré qu’elle ne guérirait pas, notre discussion a pris une dimension existentielle. Dès cet instant, elle ne cessait de penser à ses filles: qu’allait-elle leur léguer? Comment les fillettes allaient-elles affronter cette perte? Fabienne a commencé à me poser des questions. Comment avais-je vécu la perte de mon père lorsque j’étais enfant et celle de mon frère lorsque j’étais adolescente? Quel a été l’impact de leur mort sur ma vie. J’essayais de donner des réponses honnêtes et utiles à mon amie. Mais j’avais l’impression d’avoir ressassé maintes et maintes fois tout ce qui me venait à l’esprit. Je ne touchais pas à l’essentiel. Il a fallu que je cherche d’abord des réponses: en moi-même, mais aussi dans mon entourage.

Pour Fabienne ce film était important. Elle avait quelque chose à dire, qu’elle voulait faire perdurer au-delà de sa propre mort. Et en même temps, ses récits provoquaient en moi une résonnance très forte. Il est donc devenu clair que notre dialogue devait faire partie du film. Nous sentions que nos histoires personnelles touchaient à des questions plus universelles: que reste-t-il d’un être humain après sa mort? Que signifie sa disparition pour ceux qui restent? De quoi se souvient-on? Qu’oublie-t-on? Qu’est-ce qui devient important en face de la mort? Et pendant le «processus d’élaboration» du film, il est advenu qu’une pomme perde de son importance pour moi alors qu’un volcan a commencé à occuper plus d’espace; de petits détails qui ont modifié le Grand Tout.

Nous n’avons eu que très peu de jours de tournage avec Fabienne. Pour moi ces journées représentaient un grand privilège. Lorsque je retournais à la maison avec les images tournées, j’avais l’impression de tenir un trésor entre les mains. Assorti d’une grande responsabilité.

Ce film était devenu pour moi une nécessité. Les étapes suivantes se sont déroulées selon une logique inconnue pour moi jusque-là. Même si à chaque fois c’était un défi renouvelé, de véritablement parcourir ce chemin. Qu’en reste-t-il? Je n’arrive toujours pas à lui donner un nom. Mais j’ai compris que ce qui reste est en constante mutation, ce qui m’ouvre ainsi de nouveaux points de vue sur la vie.

«Allez! On vit! A fond!» dit Fabienne dans le film. Grâce à elle, le film sur les morts, le trépas et le souvenir, est devenu un film sur la vie.

Nathalie Oestreicher, avril 2017

 

Screenings

Visions du Réel, Nyon (Switzerland):
Première mondiale

Jeudi, 27. April – 16.00h – Théâtre de Marens
Vendredi, 28. April – 14:00h –  Colombière Grande Salle

 

 

Contact

Productrice:

Stella Händler
freihändler Filmproduktion
Gärtnerstrasse 50
CH–4057 Basel
Switzerland
+41 61 631 45 05
mail(a)freihaendler.ch
www.freihaendler.ch

Réalisatrice:

Nathalie Oestreicher
Kirchstrasse 15
CH–5712 Beinwil am See
Switzerland
nathalie(a)probierzimmer.ch
www.probierzimmer.ch

Facebook:

www.facebook.com/Apfel-und-Vulkan

Distribution Suisse:

Pascal Trächslin
Cineworx gmbh
Clarastrasse 48
Postfach
CH–4005 Basel
Switzerland
T +41 61 261 63 70
F +41 61 261 63 77
www.cineworx.ch
info(a)cineworx.ch

 

Lien:

Madame Tout-le-Monde est une poupée, créée par Fabienne Roth Duss,  pour aider à échanger avec les enfants sur le cancer du sein.
www.madame-tout-le-monde.ch/

 

 
 
© 2017 freihändler
Website by bytes & bones